hacker instagram comme un millenial

Nous avons nommé Instagram l’insaisissable, une jungle visuelle qui nous maintient aux aguets de l’engagement. Le réseau social régi par un algorithme changeant à l’écoute de ses utilisateurs continue de maintenir une aura de mystère pour plus de 800 millions d’utilisateurs.

 

La mise à jour de l’algorithme du 25 mars 2018 indique une volonté du réseau de se rapprocher de sa tribu d’utilisateurs. La priorité au tri chronologique est revenue s’ajouter à l’algorithme des dernières années dans l’espoir de transformer les scrolls à l’infini en engagement à coups de likes, commentaires, DMs et abonnements. Car les minutes s’écoulent vite quand on plonge dans les filets d’Instagram ! L’encouragement vers l’achat de posts sponsorisés reste prédominant, mais ce sujet valant un focus spécial, nous nous contenterons d’une excursion sur les routes du contenu organique dans ce chapitre.

Face à ce petit chamboulement, chuchotons quelques bonnes pratiques et astuces piquées aux Millennials pour mieux se différencier au beau milieu du vacarme visuel. Attachez vos ceintures, nous partons à la conquête de cette contrée d’irréductibles posts !

En 2018, il faudra plus que jamais partir à la conquête de communautés. Tel Vasco de Gama, explorez les tréfonds du réseau et découvrez des comptes insoupçonnés grâce à l’onglet « Search explorer ». Voir et être vu, pour glaner des likes et des abonnements, il vous faudra naviguer au travers de ce every-man’s land. En plus des sempiternels hashtags, la localisation sera de plus en plus prise en compte dans le référencement des publications. Il s’agira d’être au bon endroit au bon moment !

Des relations authentiques à forte valeur ajoutée

 

L’année 2017 a été le couronnement des Stories. On a vu les marques se servir des tapping stories pour annoncer l’arrivée de nouveaux produits par exemple. Ces contes virtuels temporaires se composent d’une seule image sur laquelle apparaissent emojis, tags de comptes, hashtags ou textes supplémentaires au fur et à mesure des tapes. Vous l’avez compris, désormais, on ne clique plus, on tape pour révéler les réponses. On swipe vers le haut aussi. Les fameux « swipe up » pour suivre un lien vers un url hors du réseau ont été légion, mais restent réservés aux comptes d’une horde de 10 000 abonnés.

La construction de petites histoires au cœur du récit d’un compte faisait partie des nouveautés 2017. La publication à multiples images, tel un mini album, ouvre alors la porte à une plus grande scénarisation des posts. On pense notamment à la mise en situation d’un même produit dans divers contextes par exemple pour les marques.

L’ultime hack Millennial, adopté depuis par la majorité, c’est la reproduction de contenu identique d’une story à une publication, par exemple une capture d’écran de la page d’accueil du compte ou d’une seule publication. Non contents d’avoir deux canaux de diffusion au sein d’un même réseau, les utilisateurs se sont mis à les mélanger ! Certes, se servir d’une story pour annoncer une publication telle une bande-annonce de cinéma, permet d’attirer des utilisateurs. Mais si nous nous rappelons la devise citée plus haut, la question de la valeur ajoutée se pose. Nous observons là une tactique qui ressemble plus à du spam qu’à de l’engagement intéressant et percutant. Exception faite pour les stories pensées pour jouer sur le court terme et apporter une autre information en lien avec la publication.

Les Instagram Stories Highlights, elles, prolongent la vie d’un contenu qui se veut fugace. Vous nous suivez toujours ? Comme le seau en plastique à la plage, on y met ses souvenirs les plus chers. Les jusqu’au-boutistes leur dédient des couvertures graphiques facilement repérables, en faisant des chroniques. Votre profil comptera alors plusieurs volets et sources d’engagement possibles.

A lire aussi : Jeu de piste, on part en quête du précieux mail avec la génération de lead

Bousculée par les nouvelles fonctionnalités qui soufflent le chaud et le froid, la stratégie de publication s’est acclimatée. L’heure est à la programmation. Moins drôle certes, mais ce n’est pas parce que l’on est sur un réseau soi-disant spontané qu’il faut tout faire à l’arrache ! Intéressez-vous à l’automatisation et toutes ses fonctionnalités en lien. Des outils permettant de préparer les contenus et de les repousser automatiquement au moment voulu ont vu le jour (Later, Buffer, Onlypult).

Attention depuis le mois d’avril, ces outils sont victimes du nouvel API (application program interface). Les fonctionnalités qui avaient fait leur succès en 2017 : tag et recherche d’autres comptes sont aujourd’hui inactifs, on retourne donc au bon vieux hashtag. En effet 2017 a vu l’abus du #followtofollow et observé le nombre d’abonnés jouer au yoyo. Face à ces débordements, le réseau social a choisi de bloquer certaines fonctionnalités qui faisaient les recettes juteuses d’applis telles que ViralUpgrade & Viralrace. Exit donc les tactiques black-hat et le dénichage de followers automatisé pour peupler rapidement sa tribu sans effort. Si vous faites tout de même le choix d’un assistant de programmation et d’acquisition, évitez le blacklisting de la régie en vérifiant que votre nouvel outil est approuvé. Nous recommandons plutôt une méthode de recherche manuelle – plus chronophage certes – qui apportera des abonnés avec un vrai intérêt pour votre compte et son contenu, ainsi qu’un royal pouce en l’air des hauts pouvoirs d’Instagram.

Enfin, passez aussi votre compte en mode professionnel pour avoir accès à vos statistiques. Vous pourrez alors analyser l’engagement : les contenus qui fonctionnent le mieux et à quels horaires vos pépites visuelles sont le plus vues.

hacker instagram comme un millenial

Explorer la jungle des réseaux sociaux en quête du like.

Le temps passe plus vite quand on s’amuse

 

En 2018, l’engagement évolue et deviendra en théorie plus prévisible avec le retour de la chronologie. On s’intéressera à la temporalité des publications, et pas seulement à leur fréquence. C’est-à-dire combien de temps « vivra » l’engagement de la publication. Notons qu’avec l’ancien algorithme, une publication était le plus engagée dans les 42 heures suivantes.

Attestant de ce rapprochement au temps, le bouton « nouveaux posts » découle directement des problématiques rencontrées par les usagers. En une pulsion, il permet de remonter au post le plus récent et de mieux contrôler son flux. Les posts dits anciens, de deux jours, car le temps file dans cette galaxie, continueront de s’afficher avec ce nouveau tri qui continue de prêter l’œil à l’engagement utilisateur. Les pros devront en théorie poster plus souvent, puisque les posts auront une espérance de vie moindre qu’en 2017. Vous pourrez opter pour l’option « à l’abordage » qui consiste à poster toutes les heures (même la nuit, comme la marque américaine Fashion Nova), pour venir à bout du tri et remonter dans les feeds. Peut-être trouverez-vous un meilleur rythme plus tenable à un ou deux posts par jour. À chacun sa potion magique, mais le contenu se devra alors d’être à la fois qualitatif et récurrent.

Un hack typiquement Millennial inventé par les blogueurs et influenceurs en manque d’engagement en 2017 : le comment pod. Puisque le nouvel algorithme prendra toujours en compte l’engagement d’un post pour le « référencer », ce hack est susceptible de se développer davantage. Il s’agit de groupes privés entre utilisateurs avec des intérêts communs créés dans le volet des messages directs (10-15 utilisateurs en moyenne). Une fois que l’on a montré patte blanche, chaque membre y partage le dernier contenu tout frais dans l’espoir que les likes et commentaires suivront. Cela dit, il est important de mettre l’emphase sur la valeur et de viser les commentaires qualitatifs et non une série d’émojis. C’est un peu la guérilla des instagramers qui tentent de déjouer l’algorithme. Il faudra noter que comme tout groupe tentant de déjouer l’autorité, il faudra donner du sien et être réactif pour recevoir en retour.

Accroître votre engagement ne signifie pas forcément créer encore plus contenu, il s’agit de le positionner là où l’utilisateur le trouvera le plus pertinent. Souvent les utilisateurs se contentent de faire défiler leur flux d’accueil, ils retournent rarement sur votre profil. A vous de leur montrer le chemin, tel un poucet avec vos petits cailloux visuels. Un simple call-to-action dans le texte de vos publications redirigera l’attention vers vos stories ou les highlights et construira une nouvelle routine de visite de votre profil.

Quid des influenceurs ?

 

Même si ce sujet mérite un article en lui-même pour aller jusqu’au bout de ce levier incontournable, il s’agira de les engager autrement qu’en leur proposant des produits. Détenteurs des dernières tendances sur le réseau de leur choix, les influenceurs souvent créatifs pourront s’impliquer dans une stratégie e-marketing d’envergure. Doués d’une vision plus globale, ils sauront vous renseigner sur votre amplitude et vous indiquer des communautés niches que vous auriez négligées. En 2018, on note déjà un intérêt grandissant de la part des annonceurs pour les micro-influenceurs. Ces comptes de 10 000 à 100 000 abonnés auront moins de chance de faire partie d’une agence, ou écurie à influenceurs, mais vérifieront quand même leurs messages sur un compte pro. Avant de lancer votre DM pour un simple post sur un produit, véritable bouteille à la mer quand il s’agit d’influenceurs importants, pensez à ce qu’ils peuvent vous proposer de plus authentique. Quitte à y accorder une part de budget, une collaboration plus efficace sera le fruit d’une réflexion approfondie et d’un vrai échange.

Agilité et souplesse !

 

Vos metrics eux aussi évoluent, prêtez attention aux vues, tags dans d’autres posts, à votre communauté étendue et aux swipe ups pour les utilisateurs de plus de 10 000 abonnés. Rapprochez-vous de votre cible via les messages directs, une forme de user generated content plébiscitée par les Millennials. Il ne s’agit plus de juste repousser les photos de vos followers, mais de les impliquer dans la stratégie même, prendre en compte leur feedback comme Instagram même l’a fait pour créer ses nouvelles fonctionnalités. Prenez le temps de questionner vos abonnés pour savoir ce qui les intéresse. Même si le DM sort de la zone de confort marketing, c’est le meilleur moyen d’obtenir des retours et une stratégie affinée. Enfin rappelez-vous que comme toute stratégie marketing digital, il faudra adopter le mode test et ne pas hésiter à virer de bord, changer de cap si le vent ne vous est pas favorable. Bonne navigation moussaillon !

Pratiquez la transversalité ! Aujourd’hui les vignettes tirées du profil Instagram peuplent le bas homepages et les encarts de newsletters. Depuis plusieurs années, Instagram s’est étendu au-delà du social media et même de la vie quotidienne. Qui n’a pas entendu lors d’une prise de contact pro ou perso « Sinon tu as un Instagram ? » Tellement 3,0, avec ou sans intérêt, on se suit volontiers.

Notez cet article.