Twitter n’est clairement pas le modèle économique le plus rentable. Toujours à la traîne, surtout depuis qu’il doit faire sans Vine, parmi d’autres réseaux qui sont tombés sur la poule aux œufs d’or grâce à l’image et la vidéo, Twitter fait de moins en moins d’émules. Et pourtant, il résiste, Périscope à ses côtés. Notre point de vue sur ce réseau qui nous est cher, peut-être parce qu’il fait la part belle au texte qui fait mouche, à la punchline, aux bons mots dont on jubile, et ceci dans le règne absolu du web de l’image.

twitter800x400

Une rentrée 2016 morose

Quelques chiffres pour commencer : Twitter, c’est aujourd’hui 313 millions d’utilisateurs, un chiffre impressionnant, mais qui comparé à ses homologues, fait figure de petit joueur. Derrière un nombre d’abonnés qui n’augmente en fait que faiblement, c’est le chiffre d’affaires et les bénéfices qui sont dans le rouge. Le Monde le publiait récemment, le réseau n’arrive toujours pas, et ce depuis ses débuts, à dégager de profits. A tel point qu’il s’est vu contraint en septembre dernier d’annoncer sa mise en vente. Les grands de la Tech américaine, Google, Microsoft, Saleforce, etc. ont approché le réseau, dans l’espoir d’exploiter… la data collectée par le site bien sûr. Mais ils ont rapidement été échaudés par son prix jugé prohibitif, et se sont désengagés un à un. Et puis Vine a tiré son chapeau, et Twitter a annoncé dans la foulée le licenciement de 350 salariés. Notre petit doigt nous dit que tout cela n’est pas de très bon augure.

Une cage dorée de 140 caractères ?

Pourtant il fut un temps où Twitter séduisait beaucoup de monde, y compris les jeunes générations, qui aujourd’hui se tournent davantage vers Snapchat. Mais le souci, entre autres, c’est que le petit oiseau rebute depuis ses débuts par son langage qu’on peut trouver au premier abord abscons. Il nécessite une prise en main, une familiarisation, qui ne convainc pas tout le monde. Par ailleurs, les 140 caractères restent une contrainte, dont le réseau tente à présent de s’affranchir. Depuis peu par exemple, il propose de ne plus comptabiliser les images dans le nombre de caractères d’un tweet. En bref, Twitter est dans une large mesure un réseau de niche. Il touche une population digitale, des experts de tout bord, des journalistes, des politiques, des écrivains, des professionnels la plupart du temps. Il devient grand public dans le cadre des émissions de télé et quand il fait le SAV pour les grandes marques. Pourtant, il garde une forte notoriété, et même si vous ne l’avez jamais utilisé, vous en entendez souvent parler.

La force de Twitter, ce sont ses tweets !

Ce qui est clairement remis en cause dans le fonctionnement du réseau, c’est son modèle économique. Peu de publicité et surtout peu de temps passé à voir défiler les tweets. Les twittos ne restent pas sur la timeline de Twitter des heures durant. Ils se connectent, trouvent l’information qu’ils cherchent et puis s’en vont. A l’inverse de Facebook, qui capte son audience le plus longtemps possible, baladant les utilisateurs de vidéo en images et inversement. Alors qu’un tweet, c’est quoi au juste ? Ni plus ni moins que quelques mots qui vous emmènent vers un lien qui vous emmène ailleurs, bien loin de chez Twitter. Mais est-ce vraiment un problème pour nous les utilisateurs du réseau ? Après tout, ce qu’on apprécie sur Twitter, c’est qu’on y trouve une information de qualité. Pas besoin de polluer notre timeline de vidéos de recette de cuisine et autres infos insolites, vide de sens.

Twitter est un réseau d’informations, une vraie alternative à Google en tant que moteur de recherche. Twitter contrairement à Facebook, ne fonctionne pas en vase clos. Et puis Twitter, c’est aussi le réseau où le post est roi ! Et cela, personne ne peut le lui voler. Les tweets sont cités dans les articles de presse, sur les blogs, à la télé. Ils laissent une empreinte numérique qui va bien au-delà du cercle de ses initiés et rayonnent sur la toile. Le site Twog est même entièrement spécialisé dans la catégorie des meilleurs tweets humoristiques. Avez-vous déjà vu un post Facebook repris partout ? Twitter, c’est encore le monde de l’écrit, de même qu’un porte-voix politique, le lieu du déclaratif, une formidable agora et dans ce monde digital où règne l’image, il fait du bien. Espérons qu’il saura faire perdurer ce qui fait sa différence sans perdre en qualité !

Notez cet article.
The following two tabs change content below.

Sophie COMTE

Journaliste - Rédactrice
Formée aux métiers du journalisme et de la rédaction, je propose mon expertise aux entreprises et médias à la recherche de contenus print et web impactants.