Connaissez-vous les food box ? Mixant box et kits à faire soi-même (les fameux Do It Yourself), sur fond d’une #FoodTech made in France qui n’en finit pas d’innover, le phénomène convertit de plus en plus de Français. Alors, la recette du succès, une bonne présence sur les réseaux ? C’est ce que nous avons tenté de comprendre. À table, chef !   

lunchbox800x400

Food et Startup, la rencontre des bons ingrédients  

Vous n’avez pas le sentiment qu’actuellement, on nous parle cuisine à tout bout de champ ? Les Français aiment manger et les startups comptent bien le leur rendre. C’est en tout cas ce que témoigne l’effervescence qui bouillonne autour des services de livraison de repas comme l’anglais Deliveroo et l’allemand Foodora qui s’arrachent le moindre m2 d’affichage publicitaire dans le métro.

Dans l’univers grandissant de la FoodTech, d’autres acteurs font aussi parler d’eux. Leurs services ? Des paniers-repas contenant tous les ingrédients pour cuisiner soi-même. Ils s’appellent Kitchen Trotter, le kit de cuisine du monde, ou encore QuiToque, le panier recette pour les repas du quotidien. « Nous nous inscrivons dans la tendance du bien manger, avec des produits frais et des recettes faciles et rapides à réaliser. Ce sont des arguments qui font mouche auprès des Français », nous raconte Cécile Molac, Responsable Acquisition offline chez QuiToque.

Communication sociale, le b.a.-ba 

Mais nombreux sont encore ceux qui ne connaissent pas les box et encore moins les services comme Kitchen Trotter et QuiToque. Et quand on est une startup et qu’on ne dispose pas d’enveloppe budgétaire à rallonge, il faut savoir être efficace. L’une des stratégies consiste alors à convertir les premiers utilisateurs pour en faire naturellement des ambassadeurs de la marque. Et il n’y a qu’un seul endroit sur le web où cela est possible, sur les réseaux sociaux bien sûr.

Masha Shatyaeva de Kitchen Trotter nous le confie comme une évidence : « pour nous, communiquer, ça se passe avant tout sur les réseaux. Parce que notre service est issu du digital, mais aussi parce que nous ne proposons pas un simple kit, mais une expérience inédite et conviviale, qui se vit sur les réseaux avant, pendant et après la réception du kit ». C’est ainsi que la startup joue sur le suspense de la sortie du nouveau kit en dévoilant progressivement sur Facebook des indices sur la destination du mois. Quant à QuiToque, cela ne fait aucun doute : « Facebook et Instagram sont pour nous de vrais canaux d’acquisition. Mais ils ont aussi l’avantage considérable de nous permettre de partager du contenu ludique via notre blog, tout en nous fournissant un feedback intéressant », poursuit Cécile de QuiToque.

La food box, ce mode de consommation banale et joyeux comme le dit si bien Le Monde, a fort à faire sur les réseaux. Parce que la marque est plus grande qu’un simple produit et parce que les réseaux permettent cette communication ludique, surprenante, engageante. Les réseaux sociaux ne sont pas un canal de communication parmi d’autres. C’est le lieu où la marque se façonne, où la relation avec le client se crée et perdure, où l’univers des produits prend vie. « Les réseaux nous permettent tout simplement d’élargir l’expérience que nous proposons », conclut Masha de Kitchen Trotter.

Notez cet article.
The following two tabs change content below.

Sophie COMTE

Journaliste - Rédactrice
Formée aux métiers du journalisme et de la rédaction, je propose mon expertise aux entreprises et médias à la recherche de contenus print et web impactants.